Articles sur l’éducation canine positive

Académie en ligne

Formez-vous avec nous !

Suivez-nous sur Instagram

Un diaporama éducatif chaque mardi

ruff lovee
Calli

Ruff Love – On l’a lu pour vous

Nom : Ruff Love

Auteur : Susan Garrett

Année de première édition : 2002

Pour qui ? : Débutants dans l’éducation positive + amateurs désirant renforcer leurs bases

Nombre de pages : 95

Langue : Anglais

Disponibilité : Amazon

Entraîneuse depuis plus de 30 ans, Susan Garrett est l’une des championnes d’agility les plus reconnues de ces deux dernières décennies. Chacun de ses chiens a grimpé de nombreux podiums en compétitions nationales et internationales. Cette sommité dans le monde canin fut l’une des premières à appliquer les principes d’apprentissage « Force Free » en sport. Ses méthodes d’éducation sont basées sur le jeu et la récompense mais elle dissocie ardemment le terme positif de permissif. Elle a fait plusieurs cours en ligne que nous avons suivi (nos avis ici sur Recallers ainsi que Puppy peaks) et plusieurs livres dont Ruff Love, tous de véritables succès devenus des références dans le monde entier.

 

Ruff Love est à la fois un programme d’éducation et de “rééducation”. Il se concentre sur les autocontrôles et le focus du chien, à travers des règles de vie simples mais strictes et systématiques. Selon elle, tous les âges, races et caractères peuvent suivre le programme et noter des progrès. Il n’y a pas de chien stupide, indépendant, en un mot « inentraînable » sinon des animaux démotivés ou non habitués à deux faits qui structurent son ouvrage : “tous les comportements ont une conséquence” et “rien n’est gratuit”. 

 

Ce que Ruff Love vous apprend

Le livre explique la mise en place d’un quotidien où tout est calculé : la distribution de la nourriture, l’accès aux jeux, l’environnement s’échangent contre de l’attention. Toutou apprend que le maître est celui qui lui apporte ce qu’il y a de positif dans sa vie : la liberté, l’amusement, la nourriture. L’apprentissage est sévère, sans concession mais positif. On ne crie pas, on ne blesse pas. De fait, c’est Médor qui finit par apprendre seul ce qu’il est convenable de faire puis, choisit en fonction. Le maître le guide en se basant sur le yin de la récompense généreuse et le yang de l’ignorance.

 

Susan Garrett nous apprend à reconnaître les auto-renforcements et à trier lesquels doivent être encouragés et lesquels non. De quoi faire de son ami, un bon « citoychien » capable de respecter les invités sans leur sauter dessus ou de ne pas débouler dans la rue une fois la porte ouverte. Dès l’acquisition du chiot, elle préconise une hygiène de vie encadrée (avec quelques aménagements comparée à celle des adultes) pour ensuite offrir des privilèges, soulignant que de nombreux problèmes des chiens contemporains est qu’ils obtiennent ces droits avant de connaître leurs devoirs.

 

Le programme se divise en 4 phases, dépendantes l’une de l’autre. Le chien doit réussir à finaliser la première pour passer la suivante. Autant le dire, pour devenir le centre du monde de votre toutou, il doit devenir le vôtre. L’application à la lettre de Ruff Love impose beaucoup de changements et une dépense continuelle d’énergie. Il faut être prêt à modifier l’entièreté de son mode de vie parfois : plus de chien sur les canapés, accepter la cage, adopter le licol. Bien sûr, on peut ne pas adhérer à tous les aspects du programme, mais ce dernier prévient que sans le respect parfait des exercices, le résultat ne sera pas aussi probant.

 

L’humain doit aussi s’astreindre à des changements : tenir un journal, ménager plusieurs sessions de travail courtes par jour sont le prix pour avoir un animal à l’écoute, prêt à revenir vers son maître en toutes circonstances (jeux, eau, odeurs, congénères) la queue battante en 12-16 semaines.

 

Ce que nous avons aimé 

  • Ruff Love dissocie définitivement “positif” de “permissif”, le programme apprend à se montrer sévère mais juste sans jamais utiliser de punition vocale ou gestuelle. Il met en place une discipline qui permet clairement de démentir l’adage selon lequel les éducateurs en positif laissent faire leur chien.
  • Le vocabulaire est simple, clair et efficace. Les concepts sont bien expliqués et prennent en compte les “et si”, anticipant des problèmes que nous aurions en essayant de les appliquer avec notre chien, presque comme un coach personnel. “Et si votre chien ne comprend pas, c’est sans doute que vous avez cliqué trop tard”
  • C’est un livre parfait pour commencer en éducation positive car il fait le tour des concepts qui reviendront le plus (motivation, comment récompenser le chien, shaping, jouer etc). Les problèmes de la vie quotidienne y sont pratiquement tous exposés. Ceux qui souhaitent approfondir y trouveront aussi leur compte car si Susan Garrett va dans les détails (pourcentages de succès/ratés acceptables, nombre de clicks pour de nouveaux apprentissages, ratios de récompenses) auxquels on ne pense pas forcément.
  • Le programme aborde beaucoup de sujets comme la suite en laisse, le rappel outre les fils conducteurs que sont les autocontrôles et l’attention.
  • Il y a de nombreux jeux/exercices simples et ludiques à mettre en place presque n’importe où, n’importe quand.
  • La manière d’expliquer est plutôt sympa, le chien qui fait ce qu’il veut “yo dude” (« yo mec ») doit se transformer en un chien bien éduqué et adopter le “mommy-may-i ?” (« puis-je, maman ? »)
  • Le programme sert à tous types de chiens (peu importe la race, l’âge ou le passé). Elle explique comment le modifier légèrement pour l’adapter aux chiots dans le chapitre 6 et rédige quelques paragraphes en plus pour les chiens agressifs/trop sociables/protecteurs envers leurs ressources.
  • Le maître est préparé et apprend à reconnaître ses défauts, ce qui pousse son chien à être ainsi.
  • Susan Garrett donne des idées sur la manière de tenir un journal. Ce qui est motivant et permet de bien visualiser, tester les progrès du chien.
  • Court, concis, le livre donne beaucoup d’infos en peu de pages. On peut le dévorer facilement en un jour ou deux puis y revenir ensuite pour appliquer les méthodes conseillées. C’est très valorisant d’emmagasiner toutes ces données rapidement. Aucune page n’est superflue.

 

Ce que nous n’avons pas aimé

  • Le livre est uniquement disponible en anglais (bien que le niveau de langage soit relativement facile et peut être compris si on a un niveau intermédiaire.).
  • Le livre n’est pas pour vous si vous n’êtes pas -très ?- ouverts d’esprit. Il faut être prêt à changer beaucoup de choses : pas de friandises/jouets gratuits et le chien doit souvent être en cage.
  • L’idée du journal est bonne en soi mais un peu trop persistante. On se sent forcé de le faire. En plus d’être très complet (il faut écrire l’heure de la séance, dénoncer chaque clic raté, se rappeler de son état d’esprit), il exige d’être rempli à chaque pas du chien : positif comme négatif. Savoir qu’on doit le rédiger démotive avant d’avoir commencé.
  • Le programme demande beaucoup de temps et d’énergie puisqu’il faut parfois faire jusqu’à 6/7 séances d’entraînement par jour, sachant qu’en plus toutou devrait recevoir sa ration contre du travail.
  • Le programme est très rigide et n’indique à aucun moment que l’on peut adapter tel ou tel conseil. Il faut tous les mettre en place à la lettre pour réussir.
  • Si on a plusieurs chiens, avoir le “Ruff Love dog”, autrement dit le chien entraîné toujours à l’écart, donc cela demande beaucoup d’aménagements.

 

Intéressé ?

Achetez-le ici sur Amazon

 

Si cet article vous a plu, pourquoi ne pas le partager ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Choisir son chien : entre l’envie et la réalité

Photo ci-dessus : ©Marine Legagneur photographie – Elevage des loups de la Hem Merci beaucoup à tous les photographes et éleveurs qui ont envoyé leurs photos pour illustrer cet article !   Lors d’un live questions/réponses