CPC-Dog-Stop-Jumping1-compressor
Calli

Mon chien saute sur les invités : pourquoi et comment l’éviter

Quand la sonnette de la porte d’entrée retentit, l’ouragan se déclenche. Vos amis tremblent à l’idée de passer votre porte, ils savent qu’un monstre d’amour et de bave va leur sauter dessus. Vous-même courrez en vain après votre chien, essayez de le retenir en enchaînant les désolés. Face à ce problème deux solutions : ne plus jamais recevoir chez vous, ou… Travailler pour faire de Fido un réceptionniste calme et pondéré. Dans cet article, nous allons vous donner quelques pistes afin d’y parvenir en songeant aux causes d’abord, puis en voyant tout un panel d’exercices pratiques, faciles et ludiques.

On peut facilement apprendre au chien à réguler ces démonstrations de joie en le redirigeant habilement et grâce à des exercices d’autocontrôles. Vos hôtes seront soulagés et… Oui, votre compagnon à quatre pattes aussi !

 

Médor saute parce qu’il est (un peu trop) heureux

 

Depuis tout petit, votre chien a appris à aimer les humains. S’il est sociable de nature, il apprécie leur compagnie, surtout en accumulant les expériences positives. On connaît tous une tata gaga ou un groupe d’amis s’extasiant devant lui ! En plus d’égayer sa routine, les visites sont le signe de distribution de câlins. Il apprend à généraliser lorsque la sonnette retentit et surtout à anticiper. On appelle ça le réflexe de Pavlov : Fido a associé la sonnerie au bien-être : tout ce qui présage la venue de visiteurs le fait réagir joyeusement. Tel un enfant reconnaissant la route du parc d’attractions à force d’y aller, il s’emballe à chaque fois davantage. Le voilà qui sautille pour attraper au vol, la main tardant à le caresser. Les humains s’en amusent, ou râlent (mais en tout cas réagissent), ça doit leur plaire. C’est décidé, la prochaine fois, ils le méritent, Toutou sautera encore plus haut.

 

La fonction du comportement

Avant de sortir l’artillerie lourde et bombarder les solutions, posons-nous cette question simple… Pourquoi Milou saute-t-il ? Planté sur ses quatre pattes, le chien ne peut atteindre notre visage, qu’il a pourtant appris à regarder. L’atteindre pour le couvrir de bisous baveux est un objectif pour certains. Pour d’autres, c’est le fait de sauter dans les bras des invités et recevoir leurs attentions (paroles, sourires, câlins, ou rejet en gestes empressés !). Quand on le pousse, il lutte pour se coller, il griffe, bave, et l’agitation ambiante l’amuse car il la reçoit comme du jeu.

Souvent, on autorise aux chiots ces comportements trop énergiques, car leur petite taille les rend inoffensifs. Si Fido pèse moins de 10 kilos adulte, on continuera peut-être d’accepter ses bonds. Mais s’il doit faire 60 kg, alors ses manifestations de joie deviennent vite problématiques. Oui mais voilà, lui ne comprend pas pourquoi il était accueilli avec tant d’amour avant, et pourquoi du jour au lendemain, on le punit quand il fait ce qu’on lui a appris à faire pour dire bonjour.

 

Trop intense, l’émotion positive devient toxique

De prime abord, ça paraît insensé, comment une émotion aussi positive que la joie pourrait-elle devenir négative ? Difficile d’imaginer qu’un trop plein de bonheur puisse nous faire du mal, et pourtant… Revenons-en au gamin fan des parcs d’attractions. Son excitation à l’idée d’y retourner est si forte qu’il en a des symptômes physiques : ses jambes flageolent, l’impatience le rend fou, la frustration monte à la moindre seconde de retard. Il fait n’importe quoi, au point d’accumuler les bêtises ou de se mettre en danger, en courant sur la route pour traverser plus vite par exemple.

 

 

Comme ces enfants trop heureux pour s’endormir malgré la fatigue, Toutou ne se contrôle plus. Les secondes qui passent entre la sonnette qui résonne et l’ouverture de la porte deviennent interminables, générant du stress. L’entrain s’est transformé en un ensemble d’émotions explosives, souvent délétères: on y retrouve de la frustration et de l’anxiété. L’animal entre dans une spirale difficile à stopper, allant jusqu’à parfois perdre le contrôle de sa vessie. Envahi par l’adrénaline, dépassé, il ne profite même plus du moment.

 

Cette ambiance délétère se répercute aussi sur les humains, plus personne ne saute de joie

Quant au propriétaire et aux convives, cette scène finit par les contaminer aussi. Le premier tentant de rattraper son animal qui saute partout afin d’éviter les blessures stresse, crie et l’attrape parfois brutalement. Son angoisse et celui des visiteurs, énervés ou effrayés se transmet au chien déjà surchargé en émotions. Loin de se calmer, Toutou est engoncé si profondément dans son comportement toxique qu’il s’auto-renforce à chaque occasion. Même le gronder devient une récompense, juste parce que c’est une marque d’attention.

C’est pourquoi il faut casser ce cercle vicieux, et retransformer ce paquet d’émotions en un enthousiasme qui peut se tempérer.

 

Causes indirectes des sauts

La dépense d’énergie

Pour régler un souci, il faut chercher à en comprendre les causes. Surprise, le comportement indésirable n’est parfois qu’un symptôme. Votre chien qui saute sur les hôtes ne fait peut-être qu’exprimer son trop plein d’énergie mal dépensé. Selon sa race, son âge, sa personnalité, voyez si les sorties sont en adéquation avec ses besoins. Tout comme nos jambes fourmillent après des heures passées au bureau, Fido perd patience après une journée sans rien faire. Et si Médor court avec ses copains une heure par jour ? En quantité, c’est bien, en qualité, ça ne suffit pas. Demandez aux adeptes de vélos d’appartement pendant le confinement, cette activité purement physique ne les a pas comblés.

 

Des idées faciles pour le stimuler et l’occuper

 

 

Fido a besoin de courir, renifler, socialiser mais aussi de réfléchir. À la maison, proposez-lui activités masticatoires (sabots de veau, bois de cerf), et des jeux d’occupation. Là encore, variez les plaisirs car une fois le “truc” de ce Kong compris, son cerveau ne s’efforce plus. Un peu comme le vôtre quand il résout des calculs mentaux de primaire.

Il existe des activités faciles et peu coûteuses à mettre en place avec votre chien comme des tricks ou des jeux d’odorat (notre formation Laisse-moi Flair est un excellent moyen d’apprendre à votre chien à faire de la recherche et à collaborer avec vous). Elles consolident votre lien et occupe son esprit : 15 minutes par jour (à répartir en petites sessions de 2 à 5 minutes au fil de la journée) l’épuisent autant qu’une heure de sport pur.

Attention à ne pas tomber dans l’extrême toutefois. C’est important de dépenser Fido mais le but n’est pas d’en faire un athlète capable d’endurer 5 heures d’activités par jour. Le remède serait alors encore pire que le mal. En revanche, vous pouvez valoriser le Relax, soit l’art d’apprendre à ne rien faire, en parallèle à ces diverses stimulations.

 

Travailler en amont pour limiter l’ouragan

On a parfois tendance à se focaliser sur un seul problème : celui qui nous gêne le plus. À l’intérieur de l’immeuble, les voisins se plaignent des bruits, le chien casse votre mobilier en faisant la fête à vos amis. Vous allez donc travailler ce comportement spécifique qui dérange, sans songer au fait que dehors, c’est la même chose. Fido fond d’amour face à une inconnue qui l’appelle, il mendie le moindre signe d’attention. Il y même des occasions où il saute dans les bras d’une joggeuse, mais ce n’est pas grave, elle porte de vieux habits et semble apprécier cette preuve de tendresse.

Oui, mais non. Tout est lié.

Votre chien apprécie un peu trop les humains et se montre encombrant à l’extérieur également ? Il va falloir travailler ce souci également. Lui demander de faire la part des choses, c’est comme le laisser salir votre vieux pyjama mais exiger qu’il ne bondisse pas sur votre robe de bal. Impossible.

On s’arme donc de friandises, d’une longe et c’est parti pour des petits exercices d’autocontrôles face à la sonnette ou aux appels des gentils promeneurs. Demandez-leur de ne plus interpeller votre animal, apprenez votre chien à demander la permission avant de répondre à une sollicitation ou à ignorer les gens.

Il est essentiel de généraliser les apprentissages de bienséance, et donc de ne jamais laisser sauter votre réceptionniste zélé. Vous voyez où je veux en venir ? Serrez les dents car… Fido n’aura plus le droit de poser ses pattes avant sur votre torse. Les règles doivent être claires, égales partout et appliquées par tous, question de justice pour Toutou. Parlez à votre famille, mettez-vous d’accord pour respecter le même protocole. Avertissez vos visiteurs et faites-en des complices pour rééduquer votre ami poilu. Accepter qu’il vous saute dessus et espérer qu’il ne le fasse pas avec votre grand-mère, c’est incompréhensible pour lui.

 

Quelques solutions pour que le chien cesse de sauter sur les gens

Avant de penser à régler le problème, ne le laissez pas empirer.

La règle essentielle est de ne jamais laisser le chien accéder au déclencheur, ici, les humains sur qui il aurait tendance à sauter. À l’extérieur comme à l’intérieur, laissez-le aller au contact uniquement si vous pouvez parier 50€ qu’il ne sautera pas. Au moindre doute, empêchez-le d’y aller, et pour éviter les erreurs, anticipez. Lorsque vos proches arrivent, demandez-leur de téléphoner avant pour isoler Lassie dans une autre pièce. Laissez votre conjoint(e) ouvrir pendant que vous restez avec votre animal et le détournez avec des friandises de haute valeur. Vous savez qu’un livreur va débarquer dans la matinée ? Proposez une activité mentale à votre chien puis isolez-le avant la venue pour qu’il ait le temps de se relaxer. Quant aux visites impromptues, veillez à mettre votre compagnon à quatre pattes dans une pièce où il se sent bien avant d’ouvrir la porte.

 

Même dans d’autres environnements, il faut empêcher le chien de bondir sur les gens

 

 

À l’extérieur, si votre coquin est aussi un amateur de bisous bondissants sur les inconnus, sortez-le en longe. Observez-le pour définir sa zone de confort, c’est-à-dire quand il commence à s’exciter (raidissement des membres, halètements, fixité, signes d’entrain) face aux promeneurs. Maintenez-le à la limite de cette bulle pour ne pas le déclencher et récompensez dès qu’il vous regarde.

Bien sûr, ces méthodes de prévention restent ce qu’elles sont : des méthodes de prévention et elles ne vont pas “soigner” Toutou. Il s’agit de faire de son mieux pour éviter que le problème ne s’aggrave, raison de plus pour se mettre au travail et vraiment le régler.

(plus d’astuces et d’infos dans ce cours gratuit !)

 

Les solutions pour éliminer ce comportement

Un lieu qui induit le calme

 

 

Il s’agit de positiver un endroit pour offrir une échappatoire à Rex. Ainsi, lorsque son excitation monte, il aura un refuge où aller et sera récompensé pour ça. L’idée est que cette solution devienne une évidence, un réflexe. C’est pourquoi nous allons vraiment mettre l’accent sur cet apprentissage.

Choisissez de préférence un panier que Toutou aime déjà, confortable, isolé dans un recoin de la pièce où il y a peu de passage. S’il ne protège pas ses jouets ou sa nourriture, on y ajoute un bol d’eau et une friandise à mâcher inhabituelle, mise à disposition quand des convives viennent puis retirée quand ils partent. Le côté temporaire empêche la perte l’intérêt. De plus, le fait qu’elle soit seulement présente lorsque des visiteurs sont présents augmente sa valeur. C’est la récompense ultime si Milou décroche. La consigne générale est que personne n’a le droit d’aller dans ce coin, propriété exclusive du chien qui sait pouvoir s’y réfugier sans risque quand ses émotions le débordent.

Lors de petites sessions de travail dans un environnement peu distrayant, on invite Médor à venir dans le panier. Procédez avec un leurre, c’est-à-dire en le guidant avec une croquette qu’on lui donne quand il pose les pattes dans le panier, ou avec le shaping (retrouvez notre guide du shaping gratuit ici). Il faut être patient, progressif et surtout, très positif.

 

Désensibilisation face au déclencheur

L’observation est une phase clé avant de se jeter à corps perdu dans le protocole

Avant toute chose, observez votre poilu pour déterminer quel est le déclencheur. Empêcher le chien de sauter ne sert à rien, il faut intervenir au moment où son cerveau commence à formuler l’idée. En résumé, trouver le détail qui lui fait comprendre que des invités vont venir (à tort ou à raison). Pour certains, le simple bruit de pas à votre palier suffit. D’autres loulous sont plus sélectifs et montrent des signes d’excitation seulement quand on frappe à la porte. Quoiqu’il en soit, c’est ce point clé qu’il va falloir travailler pour commencer à réhabiliter notre excité de la sonnette.

Ces exercices de désensibilisation sont à travailler quand on a déjà bien acquis l’ordre “panier” ou que Rantanplan s’y rend plusieurs fois en journée, facilement.

 

On commence par poser des bases solides, ce qui implique de progresser petit pas par petit pas

 

 

Choisissez un complice pour débuter car il va falloir déclencher volontairement le signal, afin de récompenser précisément un bon comportement. Si vous vivez avec quelqu’un, mettez-le à la porte (littéralement, pas au sens figuré), préparez le chien en l’emmenant au panier, ou s’il risque de vraiment s’exciter, dans une autre pièce. Par téléphone, demandez à votre ami de marcher doucement, tout en restant loin de la porte. Si Fido reste sur le panier, y va ou détourne les yeux pour vous regarder, récompensez sobrement en mettant une friandise dans le panier.

Continuez ainsi quelques fois puis terminez la session. Si Toutou n’a pas échoué, passez à l’étape suivante en tapant des pieds devant la porte, en essuyant vos pieds sur le paillasson, en frôlant l’entrée, soyez imaginatif mais prudent et restez progressif. Pour les coquins isolés ailleurs, vous pouvez les faire rentrer dans la pièce concernée et refaire ces exercices.

 

Le but ultime à respecter dans tous ces exercices ? Éviter le moindre échec et donc anticiper tout le temps

Quand l’heure est venue de frapper à la porte, si Toutou a l’habitude de sauter dessus, mettez-le en laisse pour qu’il ne puisse pas y aller. N’oubliez pas le harnais s’il a tendance à tirer. Procédez exactement pareil, si le chien va au panier ou obéit à l’ordre sans s’exciter, récompensez, sinon ignorez. Attendez encore quelques minutes (oui, votre allié a plutôt intérêt à prendre un livre et s’habiller chaudement) puis recommencez. Quand votre chien échoue trop souvent, revenez aux étapes précédentes.

Veillez à varier le temps des sessions ainsi que les heures car les filous finissent très bien par comprendre quand ils s’exercent ou que c’est une situation réelle. C’est pourquoi, une fois que Fido ne réagit plus au bruits de porte ou de sonnette quand vous êtes à côté, refaites les exercices en y mettant davantage de naturel. Vaquez à vos occupations, demandez à votre ami de frapper quand vous ne vous y attendez pas, et revenez récompenser au panier si Toutou reste calme.

Plus d’échec à ce stade ? Désormais, vous pouvez laisser “l’invité” ouvrir la porte. Utilisez une laisse si vous avez un doute, et n’entrez pas en contact avec votre acolyte. Si Fido s’excite, l’hôte repart, s’il reste calme, il rentre. Vous récompensez votre chien généreusement par terre ou sur le panier puis revenez discuter avec le nouveau-venu qui ignore royalement le poilu. Ce n’est qu’une fois bien acquis cette notion de “non-rencontre” que le complice peut momentanément s’intéresser à Rex, uniquement s’il est calme.

 

L’épreuve finale : testez son apprentissage dans toutes les situations possibles.

Testez avec d’autres compères, une personne neutre, pour finir par l’étape la plus dure : la tata gaga. Avertissez vos visiteurs. S’ils viennent chez vous, il leur faudra d’abord ignorer Toutou. En cas de rechute, expliquez-leur qu’il faut garder les bras le long du corps et regarder ailleurs sans féliciter ni gronder le chien. Rappelez-vous, c’est l’attention, négative comme positive qui le renforce.

Ce comportement est difficile à complètement enrayer et peut vite revenir, surtout à cause d’invités qui ne respectent pas les consignes. Bonne nouvelle cependant, vous ne tomberez plus jamais au niveau du début si vous faites attention aux signes annonciateurs. Travaillez tranquillement les étapes où Fido pêche un peu, revalorisez le panier et veillez à toujours offrir des alternatives (jeux d’occupation ou activité masticatoire).

Vos soirées dînatoires n’en seront que plus apaisées et finalement, votre chien bien éduqué aimé davantage. En abordant calmement les invités, il profitera lui aussi d’une joie saine, de caresses douces en toute quiétude.

Si cet article vous a plu, pourquoi ne pas le partager ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Le chien régulateur existe-t-il ?

Le chien dit “régulateur” était très en vogue il y a quelques années. Sorti d’un peu nulle part, il était décrit comme un Messie parmi les chiens, dont la seule présence faisait taire les conflits.

Ruff Love – On l’a lu pour vous

Nom : Ruff Love Auteur : Susan Garrett Année de première édition : 2002 Pour qui ? : Débutants dans l’éducation positive + amateurs désirant renforcer leurs bases Nombre de pages : 95 Langue : Anglais Disponibilité : Amazon Entraîneuse depuis plus de

Faites de votre chien un vrai détéctive !

Maîtrisez la détection d’odeurs en 6 semaines, avec une méthode ludique et novatrice 

Fin des inscriptions dans… 

Jours
Heures
Minutes
Secondes