recul nya
Ness

Apprendre le recul à son chien : 4 méthodes illustrées

Apprendre le recul à son chien a bien des avantages, outre l’utilisation classique qu’on en fait dans les sports canins : il permet au chien de prendre conscience de ses postérieurs. En effet, il doit les manœuvrer, au début consciencieusement, pour parvenir à effectuer l’inverse du mécanisme de la marche. Mécanisme qu’il accomplit de façon innée après quelques semaines de vie ! C’est ce fameux domaine qu’on nomme “proprioception”, gros fourre-tout que j’ai pu décrire dans cet article :  bien débuter le fitness canin. Un chien qui a une pleine conscience de son corps a moins de chance de trébucher (et donc de se froisser un muscle) et pourra utiliser le poids de son corps en obéissance (blocages) comme en agility (sauts regroupés) à bon escient.

Il existe plusieurs méthodes pour apprendre le recul : la pression corporelle, le couloir, l’utilisation d’une cible et le shaping. Nous allons détailler ces quatre façons de faire, afin que vous puissiez choisir celle qui conviendra le mieux à votre chien. Parfois, certains comprendront plus vite sans friandise sous le nez, et d’autres qui reculent de travers, devront découvrir ce trick avec la méthode couloir. A vous de tester !

 

Les bienfaits du recul

Certes, c’est bon pour la proprioception, vous l’avez lu des dizaines de fois. Mais saviez-vous qu’avec ce tour, le chien apprend à mieux s’équilibrer au repos (et non en action, ce qui est majoritairement vanté et voulu), lui permettant de réduire les petites faiblesses de son organisme ? Imaginons que Médor se froisse un muscle de l’épaule gauche, mais que cela passe inaperçu dans sa démarche. Un chien peu musclé aura tendance à mettre tout son poids sur sa patte droite, créant ainsi des faiblesses et des boiteries… Un chien mieux entretenu ménagera son épaule blessée en répartissant la charge de son corps sur ses trois autres pattes. Au vu de ce détail d’importance, on se demande encore pourquoi les fondations des cynosports ne sont pas des cours sur le fitness canin ! (Si le sujet vous intéresse, inscrivez-vous pour participer aux prochains stages)

 

 

 Reculer, oui, mais pas n’importe comment.

Maintenant que nous savons POURQUOI un chien devrait apprendre à reculer, voyons ensemble la forme optimale de ce mouvement. Tout comme nous, si l’exercice est mal pratiqué, nous risquons de créer plus de problèmes que d’en résoudre.

  • Pour avoir un réel impact, le chien doit reculer en ligne droite sur plus de six foulées
  • Le dos doit former une ligne égale, peut être arqué au début de l’apprentissage mais surtout pas creusé
  • Les pattes avant doivent reculer de façon indépendante et non en petits sauts (très mauvais pour le dos)
  • Au début de l’apprentissage, le poids du corps est souvent sur les épaules et les pattes guident le mouvement, mais le but est un poids vers l’arrière et des postérieurs qui initient et maintiennent le recul

Comment apprendre le recul à son chien ?

Il existe énormément de façons de faire, je vais ici vous en lister quatre différentes, en sachant qu’il en existe bien d’autres. 

 

1) L’espace personnel

 

Tout comme nous, le chien n’aime pas qu’on empiète dans son espace, et cherchera naturellement à se soustraire d’un contact rapproché invasif. Si, lorsqu’il est face à vous, vous faites un pas dans sa direction et qu’il recule, récompensez ! Dans le cas contraire, avancez d’un autre pas (toujours un à la fois) et trouvez à quel moment il tend à avoir un mouvement de recul. Une fois que vous avez obtenu six à huit pas de votre chien en avançant sur lui, il sera temps de lui apprendre à le faire en autonomie, car le but ici n’est pas de guider le mouvement mais que le chien l’initie et le poursuive seul. Après quelques répétitions standard, cessez d’avancer et attendez : s’il recule, récompensez. S’il attend, reprenez l’exercice en construisant un historique de renforcement plus fort (récompensez plus souvent), puis réessayez la séance suivante. Si vous tenez la récompense dans votre main, gardez cette dernière basse, pour éviter une tête haute qui creuserait le dos de Rex. 

 

2) Le couloir

 

C’est une méthode moins invasive et stressante pour le chien, mais qui demande dès le début de la patience, car il s’agit d’un apprentissage qui s’apparente au shaping. Il suffit de créer un couloir pour que Médor puisse passer, mais pas se retourner. Par exemple, un canapé à trente ou cinquante centimètres d’un mur. Avec une friandise, on invite Fido à passer dans ce couloir, et on attend face à lui.. Ne pouvant se retourner pour repartir, il reculera naturellement, et ce sera à vous de récompenser au premier pas, pour lui faire comprendre vos attentes. Une fois que le recul est automatique (le chien rentre dans le couloir puis recule) on tentera de diminuer la taille des objets le constituant : passer du canapé à deux petits meubles, puis à quelques cônes, et enfin plus rien. Vous pouvez voir cette méthode dans la vidéo d’exemple, où j’ai commencé par des plots serrés et collés au mur pour les espacer et les éloigner de plus en plus jusqu’à m’en passer. Mes clics sont absolument tous en retard, prenez donc exemple sur moi pour ne PAS cliquer votre toutou lorsqu’il s’arrête de reculer mais bien quand il est en mouvement !

3) Reculer sur une cible

 

Nous rentrons dans la partie shaping du sujet et il vous faudra de la patience et de la précision pour arriver où vous voulez. Cependant, la récompense sera de taille, vous musclez ET travaillez la proprioception de votre chien en même temps !

Pour vous aider à comprendre d’avantage la technique, téléchargez gratuitement le guide du shaping ! Ce petit guide d’une vingtaine de pages illustrés vous développera en détail la méthodologie qui permet d’apprendre les tricks les plus complexes.

Pour cet exercice, il faudra choisir une cible pour que le chien y pose ses pattes postérieures, avec une surface clairement différente de votre sol, et si possible, un peu surélevée. Un tapis replié en deux, un coussin d’équilibre, des bouts de cartons collés entre eux.. Choisissez quelque chose de large et adapté à la taille de votre chien. Dans un premier temps, il faudra shaper le chien à poser ses postérieurs sur l’objet : on récompense donc son intérêt, son regard, les pattes avant, les 4 pattes, puis on affine jusqu’à ne prendre que les postérieurs. Pendant quelques séances, contentez-vous de travailler ce comportement, pour qu’à la vue de la cible, Médor fonce y poser ses postérieurs sans passer par toute une panoplie de propositions (gratter, toucher, y mettre toutes ses pattes…)

 

Une fois cela acquis, on l’invitera à s’étendre juste un peu vers l’avant, pour qu’un de ses postérieurs descende de la cible (en tendant votre main pour qu’il la touche du nez par exemple). Puis on attendra. C’est ici que vous verrez si vous avez bien travaillé : si toutou remet directement sa patte sur la cible, bravo, c’est gagné ! S’il ne fait rien, ou fait demi-tour pour revenir en situation initiale, c’est qu’il manque encore un peu de travail à cette étape.  (Exemple de cette étape pour apprendre le recul dans les premières secondes de la vidéo). On pourra se reculer de plus en plus pour que Médor doive reculer sur plusieurs pas avant de toucher la cible.

Tout comme la méthode couloir, le but sera de se passer de cette dernière assez rapidement : une fois que vous avez un recul de six à huit pas, retirez la cible et recommencez à cliquer un pas, puis deux, puis trois, en progressant jusqu’à la distance voulue.

 

4) Utiliser le “free” shaping

 

La technique du shaping permet de façonner des comportements, et s’utilise avec ou sans accessoires. La cible était un exemple d’apprentissage au shaping avec objets, et ce dernier point sera un exemple sans. Pour cela, zéro artifices, juste votre talent ! (et un chien expérimenté dans le domaine, cela va de soi). Le but sera de cliquer le mouvement du corps vers l’arrière, ou celui des pattes faisant une foulée vers l’arrière. Difficile d’établir un plan précis, dans la mesure où chaque chien réagira différemment en fonction de vos clics. Bien que très complexe, c’est la meilleure méthode pour avoir un recul très naturel et avec une bonne position, car aucun élément ne risquera de modifier son allant et sa posture. Vous éviterez également de l’influencer avec le mouvement de votre corps, ou de devoir vous passer progressivement des cibles et autres aides matérielles qui deviennent très vite un repère dont on a du mal à se passer.

Quand le chien a compris le recul (ou s’il l’a appris avec une autre méthode et peut s’exécuter sans mouvements de votre part ou aide matérielle) on peut finaliser l’apprentissage avec le free shaping. Si Rex sait reculer 6 pas au maximum, on lui lancera une friandise ou une balle au sixème pas. On demandera à nouveau un recul ou deux ou cinq pas (pour ne pas faire de plus en plus dur) puis on attendra un recul à sept pas. Seule les propositions du chien déclencheront le lancé du jouet ou de la nourriture. Pas de “recule recule recule” ou de mouvement vers lui, il gère et vous validez !

 

Quelle est la meilleure façon d’apprendre à son chien à reculer ?

Vous avez une jolie panoplie d’outils pour apprendre un recul bien propre, et surtout utile. Beaucoup de chiens tendent à reculer vite mais mal (en “bondissant” antérieurs joints) ou à pivoter leur arrière main après quelques foulées. Ces deux attitudes ne sont pas bonnes pour le dos et sont à éviter. En revanche, une fois ce trick bien appris, il pourra servir d’échauffement avant un parcours d’agility, chauffant les muscles de votre chien tout en le motivant et aiguisant son esprit.

Dans cet optique, il est préférable de s’orienter vers les méthodes de la cible ou du couloir, qui garantissent un recul droit et dynamique.

Mais finalement… Ce sera à votre chien de décider la méthode qui lui plaira le mieux !

Si cet article vous a plu, pourquoi ne pas le partager ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

L’éducation positive, c’est quoi ? (partie II)

Nous avons pu voir dans l’article précédent ce qu’était l’éducation positive, ce qui la différenciait des méthodes d’éducation plus « traditionnelles » et en quoi elle permettait un meilleur lien maître-chien en favorisant l’autonomie de

Les chiens sont-ils vraiment plus heureux en vivant en maison ?

Museaux fouilleurs, queues frétillantes, quand nous voyons ces quadrupèdes avaler les mètres à grandes foulées, langue au-dehors…  Difficile de ne pas se sentir coupable à l’idée d’enfermer de si joyeux lurons dans un appartement, surtout