Chien et sac à dos : ne faîtes pas ces erreurs répandues…

Cet été, vous avez envie de partir à l’aventure, seul/e ou entre amis, mais une chose est certaine, c’est que votre chien sera de la partie ! Naturellement, lorsqu’on part camper, le poids du sac à dos s’alourdit très vite : une fois l’abri, l’eau et la nourriture rangés… Il faut se limiter au plus possible car vous sentez déjà le poids sur votre dos. Il est donc naturel de penser à Fifi – et si on lui faisait porter sa part ? Au moins ses croquettes… 

Bonne ou mauvaise idée ? Essayons de faire le point ensemble, entre les précautions à prendre en compte, et les grosses bourdes à éviter impérativement

 

Conditions pour choisir un bon sac à dos

Première étape : le sac ! On pourrait être tenté de prendre le moins cher possible et de se convaincre que ça ira, mais je pense que nous avons tous au moins une fois voyagé ou randonné avec un sac lourd nous cisaillant les épaules. Maintenant imaginez ne pas pouvoir rectifier sa position s’il penchait trop d’un côté… Quel mal de dos après ça ! Pour la santé de nos chiens, nous devons être consciencieux dans le choix d’un matériel qui pourrait avoir des conséquences loin d’être anodines.

 

Les points importants du sac à dos

D’après Chris Zink, vétérinaire et auteure du très connu et reconnu “Canine Sports Medicine and Rehabilitation“, le sac à dos doit être ajusté à la morphologie du chien, afin qu’il ne balance pas lors de la marche ou pire, ne tourne pas sur un côté. La majorité du poids doit être répartie sur l’avant-main, sur les épaules et la cage thoracique et non sur le rachis.

 

photo @capetcie sur instagram

Le contenu dans les sacoches

Il est capital que le contenu des deux sacoches ait un poids équivalent afin de ne pas créer de déséquilibre musculaire (une épaule plus sollicitée que l’autre). Idéalement, les objets lourds ne devraient pas être tout en bas, au fond, risquant de créer un effet de balancer, mais plutôt le plus haut possible contre la fermeture et bien maintenus en place.

 

Tous les chiens ne sont pas égaux pour porter un sac à dos lesté !

Affirmer que seuls les chiens correctement musclés et généralement “en forme” peuvent porter un sac à dos lesté, c’est ouvrir la porte à toutes les dérives. Après tout, notre chien est forcément un athlète, qu’il soit grand danois ou chihuahua, pas vrai ?

Plusieurs critères éliminatoires rentrent en ligne de compte : les chiens trop jeunes (moins de deux ans) ou trop vieux (plus de huit ans) devront se passer de cet accessoire. La morphologie du chien a également son importante : plus le chien sera fin et tout en pattes, plus l’usage du sac à dos devra être consciencieusement réfléchi. A poids équivalent, on préférera un border collie à un galgo…

Les chiens en surpoids seront écartés d’office, les chiens trop maigres, arthritiques ou avec des problèmes de santé également. On recherchera la meilleure tonicité possible des muscles paraspinaux, abdominaux, et ceux entourant les membres thoraciques.

Un check-up ostéo est recommandé, et si vous avez peur de mal faire, et besoin d’un avis objectif sur la condition physique de votre chien, vous pouvez toujours prendre une analyse structurelle. Via cette dernière, je pourrais vous dire précisément les points faibles de votre chien et vous donner des exercices pour les combler. La section “fitness canin” du site vous donnera également plusieurs exemples d’exercices de musculation.

 

sac porté chien

Photo par @nova_sitka_shepherd_mix sur instagram (Nova & Sitka – Paws Instinct sur FB)

Enfin, il est évident que la taille sera un critère discriminant. S’il existe des sacs à dos pour yorshires et autres terriers, il est tout à fait inutile d’envisager une randonnée avec un tel matériel sur le dos. En effet, des recommandations de charges maximales sont de mise, et le poids du sac à dos vide sera déjà le maximum autorisé.

Gardez en tête que le poids que vous ajouterez artificiellement sur le dos de votre chien créera plus de pression au niveau des articulations…

 

photo @peechatyl sur instagram

Précautions en randonnée (+5h)

Ce n’est pas tout d’avoir un chien apte et un sac à dos idéal, parlons un peu de la pratique ! Deux choses sont à prendre en considération : la fatigue du chien, et les irritations dues au harnais. Pour les balades courtes, peu d’inquiétudes. En revanche sur les randonnées de plusieurs heures, ou même plusieurs jours, il est capital que le chien puisse faire une pause toutes les heures sans matériel sur le dos. La pause peut être un moment couché au calme, ou une partie de jeu, chaque individu aura ses préférences. Beaucoup de sacs permettent de détacher les sacoches et de laisser un harnais, mais il est également possible de retirer le harnais pour laisser toute liberté de mouvement à votre brave compagnon d’aventure.

Ne faites pas l’erreur d’évaluer sa fatigue en fonction de son énergie : il est en général très facile d’allonger de plus en plus les temps de marche avec des sacoches lestées, mais les lendemains sont souvent très difficiles… Entre courbatures, cloques et raideurs, la résistance de Médor sera sacrément entamée et la suite de la randonnée risque d’être moins joyeuse.

Afin de prévenir au maximum les irritations et ampoules, certains randonneurs expérimentés mettent un T-shirt sous le harnais – à chacun d’expérimenter pour voir ce qui sera le plus efficace.

sac à dos chien randonnée

photo @newtonswissborder sur instagram

 

Quel poids mon chien peut-il porter dans son sac à dos ?

Abordons ensemble le point le plus important de cet article : le lest recommandé dans les sacoches ! Il est difficile de trouver des informations concrètes, car aucune étude n’a été menée sur le sujet. Il s’agit donc de recommandations de professionnels du domaine (vétérinaires, physiothérapeute, ostéopathes…). Ici nous utiliserons celles de Chris Zink.

 

On calcule le poids maximum recommandé dans les sacoches en fonction du poids du chien. Généralement, les estimations vont à la louche de 10% à 30% (incluant le poids du sac à dos). Cela équivaut pour un chien de 20kg, à une fourchette de poids autorisé allant de 2 à 6kg : du simple au triple !

On pourrait être tenté de s’orienter vers l’estimation haute, car “mon chien est musclé“…. Après tout, ne serait-ce pas génial de lui confier 5-6kg et d’avoir ça en moins dans son propre sac ?

Prenons un moment pour comprendre ces estimations avec nos amis équidés, qui eux portent des charges depuis assez longtemps pour nous offrir un point de comparaison.

 

Un parallèle avec les chevaux

En considérant que l’équipement utilisé le plus couramment (tapis + selle classique) pèse 3kg, voici quelques exemples :

 

Une affaire de poney

Pour commencer, prenons le poney shetland. C’est un poney rustique, toisant aux alentours d’un mètre et très utilisé en baby poney et initiations à l’équitation.  Ces petites boules de crin pèsent entre 100 à 180kg, nous laissant une grosse marge de maneuvre.

Prenons le modèle le plus lourd (180kg) et la charge la plus lourde tolérable (30% du poids). Le cavalier devra peser au maximum 54kg. Soit globalement un enfant de 14-15 ans faisant la taille du poney. [source]

A cet âge, les enfants sont plutôt dirigés vers des poneys plus grands (et donc plus lourds) laissant nos petits shets a des poupons de 10-20kg, soit 10% de charge. Ils ne portent donc jamais 30% de leur poids…

Un autre exemple peut-être ?

 

Parlons pur sang

Prenons l’une des races les plus connues, le pur sang arabe, un petit cheval très nerveux principalement utilisé dans les sports d’endurance. Avec son mètre cinquante et ses 400kg, il nous permet de jouer avec le poids des cavaliers adultes qu’il pourrait supporter.

En prenant la charge la plus lourde conseillée pour les chiens (30% du poids) nous arrivons à… 120kg !

Ce résultat est très loin de la réalité, dans la mesure ou n’importe quel pro travaillant dans le milieu équestre ne laisserait pas une personne de 120kg monter sur un cheval aussi léger. Un cavalier de 80kg correspondrait à 20% du poids du cheval, ce qui semble plus réaliste.

 

Que conclure pour le poids du sac à dos lesté ?

Avec ces petits essais, on comprend bien à quel point viser 30% de charge, même pour un très grand chien, semble démesuré… Les chevaux, tout comme les chiens, sont bien mieux équipés pour tirer des charges que les porter, il faut donc user de mesure pour ne pas ruiner le dos de nos chers compagnons. 10% de charge semble l’idéal à maintenir, et si vraiment votre chien est plutôt massif et athlétique (rottweiler, malinois…) vous pouvez éventuellement tâtonner vers les 15-20% de charge sur des petites distances.

 

Voici un petit tableau récapitulatif pour vous aider à y voir plus clair :

Lest maximal supporté par un chien en fonction de son poids (estimation basse)

 

Comment habituer le chien au sac à dos ?

L’avantage des sacs à dos bien pensés, c’est qu’ils se divisent en deux parties : un harnais indépendant, et des sacoches qu’on viendra accrocher à l’aide de clips, scatchs et lanières. L’idéal est donc de commencer avec le harnais seul, qui diffère souvent des harnais “en Y” que Médor porte au quotidien. Laissez-le s’habituer à sa forme pendant quelques balades, et si vous êtes adepte du clicker, n’hésitez pas à conditionner votre chien à passer lui-même sa tête dans le harnais.

 

sac de bat chien randonnée

Photo par @nova_sitka_shepherd_mix sur instagram (Nova & Sitka – Paws Instinct sur FB)

Après une ou deux semaines, on pourra rajouter les sacoches vides, et recommencer l’habituation.

Petit à petit, on ajoutera du poids dans ces dernières, en équilibrant soigneusement. Le plus pratique est d’utiliser des croquettes ou du riz, que vous pouvez peser puis répartir en petits sacs que vous remplirez au fur et à mesure.

Ne soyez pas impatients d’ajouter du poids, cela devrait se faire sur un ou deux mois afin de permettre aux épaules et au dos de se muscler correctement.

 

true love backpack

photo @Nyastiel sur IG et @Cynotopia sur FB

Le sac à dos que j’utilise : Waterproof Backpack by TrueLove

La marque Truelove commence à se faire connaitre sur le marché français, principalement par ses harnais ressemblant aux incontournables de Ruffwear ou Hurtta, avec l’avantage d’être bien moins chers. Mais qu’en est-il de la qualité ? Un harnais à 60€ vaut-il l’équivalent de ceux deux fois plus cher ?

Eh bien je trouve que oui (et cet article n’est ni financé, ni sponsorisé !)

Le harnais est assez massif à première vue, et plutôt lourd, mais possède l’avantage d’être réglable partout… Ce qui, lorsqu’on a pas l’habitude, rendrait cinglé n’importe qui au vu de l’amas de sangles que vous devez raccourcir, allonger puis retrouver le bout opposé pour les clipper ! Il m’a bien fallu dix minutes pour enlever les sacs de lestage du harnais, qui sont très sécurisés entre attaches et scratchs. Cela en fait autant un point positif que négatif : les sacs ne bougeront pas, mais alors pour les enlever lors d’une pause, vous avez plus vite fait d’enlever le harnais au complet.

Le harnais en lui-même est rembourré, et la partie externe des sacoches aussi, qui semblent bien se positionner sur l’avant-main. Les poches sont assez grandes, le harnais permet une bonne liberté de mouvement sans entraver les épaules, j’ai beaucoup aimé.

 

True love cynotopia

photo @Nyastiel sur IG et @Cynotopia sur FB

 

Le point négatif ? Le manque de couleurs ! Noir classique, rouge vu et revu, ou vert néon, le choix n’est pas grand et les couleurs peu flatteuses. Bien entendu, nous n’achetons pas ce sac à dos pour le look qu’il rend mais, plutôt son utilité, mais… J’aurais bien aimé du bleu ou du violet !

N’ayant jamais utilisé de sac à dos Ruffwear, je ne peux comparer la qualité des deux produits, mais j’ai été agréablement surprise par la stabilité du Truelove, qui se vend comme du matériel esthétique à bas prix, et qu’on imagine donc immanquablement de piètre facture, avec des coutures qui sautent et des lanières qui effilochent. Si vous avez les moyens, prenez du Ruffwear, mais si vous voulez un harnais peu cher mais fonctionnel, celui-ci conviendra parfaitement.

 

sac à dos chien randonnée

photo @newtonswissborder sur instagram

Ce qu’il faut retenir de cet article

Le sujet du chien “bâté” reste très controversé et aucune étude scientifique sérieuse n’a été révélée à ce jour. Ainsi, il est préférable de faire très attention aux nombreux points cités dans l’article pour éviter de futurs dommages. Préparez bien votre chien aux futures randonnées lestées, et si cet article vous a fait changer d’avis et vous préférez ne pas encombrer votre chien en randonnée, gardez en tête qu’il est tout à fait possible d’utiliser ponctuellement les sacoches légèrement alourdies afin de muscler le dos de Médor. Couplé à une petite séance de trotting, cela pourra être bien plus bénéfique que dix heures de marche en portant 20% de son poids sur le dos !

 

 

Si vous avez aimé cet article, n’oubliez pas de le partager !

La compilation des rares informations puis la rédaction prennent énormément de temps et les +50 articles de Cynotopia sont gratuits. Si vous voulez plus d’articles dans ce genre, faites-le savoir par un partage, merci !

Si cet article vous a plu, pourquoi ne pas le partager ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

RECUL – quatre méthodes…

… et une seule bonne façon de faire Apprendre le recul à son chien a bien des avantages, outre l’utilisation classique qu’on en fait dans les sports canins : il permet au chien de prendre

Loup, y es-tu ? Jeu pour la tenue de place

Nyastiel, mon border collie, n’a appris à tenir une position (le fameux “pas bouger”) qu’après ses six mois. Cela ne découlait ni de ses capacités d’apprentissage, ni des miennes à lui communiquer mes désirs. Je