Ça s’emballe quand on parle de la balle…

“Les jeux de balle, c’est vraiment trop pas bien. N’y jouez plus jamais !”  Quand j’ai sorti ça pour la première fois à un client, sa mâchoire s’est décrochée. Ne pas jouer à la baballe. Mais on fait quoi alors ? Surtout quand on adore ça ?  Eh bien il y a plein d’alternatives saines, basées sur l’enrichissement
Oui mais si on veut jouer avec son chien ?
Genre… Jouer ? Genre, vraiment jouer, s’amuser, et pas juste jeter des croquettes dans sa pelouse comme du grain aux poules et regarder Médor brouter allègrement ? 
« Bah tant pis pour vous »
Non allez, je vous rassure. Avec trois grains de bon sens tout se passera très bien.

Pourquoi ne pas jouer à la balle avec son chien ?

Beaucoup d’articles ont déjà traité ce sujet (ici par Canidélite et par Hund) faisons donc dans le succinct. Le jeu de lancé (balle, bâton ou jouet alternatif) présente deux désavantages majeurs :

 

  1. Inconvénient physique – sauts délirants, virages, glissades et arrêts à en ébouriffer les cheveux, épaules et dos prennent cher, encore plus quand on a la folle idée de jouer sur du macadam. Gueule rasant la terre, crocs claquant dans le vent, l’exercice est plaisant à l’œil mais suffisamment brutal pour en laisser quelques uns sur le carreau.
  2. Inconvénient mental – excitation sans mesure à la sortie du jouet, qui monte crescendo et ne sait redescendre. On joue dix, vingt, trente minutes, et le chien aux yeux fous, bavant, tremblant, camé, serait prêt à vous arracher la main pour un dernier lancé. Prédation et manque de mesure, un bon cocktail pour des problèmes à venir…
Sous ce tableau, bien sûr l’interdiction fait sens. Pourtant l’agiliy fait plus de blessés qu’une balle, mais personne ne semble décidé à arrêter ce sport à la popularité justifiée. Comme n’importe quelle activité physique, il y a des couacs, souvent liés à une mauvaise pratique ou une trop pauvre préparation.
Il est triste de vouloir priver les propriétaires d’une activité qui leur fait plaisir, où on oublie totalement la dimension affective du jeu. Ne nous leurrons pas, nous avons tous pris un chien pour partager quelque chose avec lui. Les balades silencieuses ne font pas l’unanimité… 
Les randonnées, les rencontres canines, les sports (cynophiles ou pas) sont des raisons pour lesquelles nous pouvons avoir pris la décision d’ajouter un chien à notre foyer. Jouer avec est un élément fort – après tout, si vous avez grandi sans chien, n’avez-vous jamais rêvé de jouer au ballon avec un quadrupède vous couvrant d’un regard amoureux ? 

 

Conseils pour un jeu sain

Votre chien adore ce jeu, vous aussi ? Parfait.
Vous avez lu la partie précédente et êtes conscients qu’il y a des inconvénients ? Fantastique !
Pour bien jouer à la balle…. Il ne vous suffit que de ça.
Rappelez-vous : les deux inconvénients majeurs sont physiques et mentaux. 
Ainsi, il vous suffit de réduire les risques et d’adopter de bonnes pratiques.

 

  1. Limiter les inconvénients physiques : limitez les lancés pour un jeune chiot (préférez les balles roulées sur de courtes distances, sans virages) et évitez les lancés trop hauts pour les chiens adultes. Prenez garde à la façon dont votre chien récupère la balle, et s’il est trop brutal, lancez moins loin (freinage réduit à l’arrivée) 
  2. Limiter les inconvénients mentaux : pour éviter l’excitation, demandez quelque chose de simple avant chaque lancé. Assis, couché, au pied, comme vous voulez ! Cela permettra à Médor de garder l’esprit clair et de travailler pour sa récompense. Limitez le jeu à dix minutes maximum, et une fois terminé, rangez la balle (dans une poche, un sac, mais ne la gardez pas à la main) puis dites à votre chien que le jeu est fini (“c’est terminé” ou “va jouer”). Ignorez-le tant qu’il réclame, même s’il aboie. Marchez doucement en regardant devant vous et permettez-lui de renifler pour se calmer. 

 

C’est tout ?

C’est tout. 

Soyez sensés et prudents. Oubliez les sorties baballe de 40min pour défouler Rex (vous le rendez de plus en plus endurant…) et profitez du temps passé avec lui. A côté des jeux excitants, travaillez le relax pour qu’il ne reste pas dans cet état permanent.  N’oubliez pas les balades, qui sont bien plus essentielles que n’importe quelle activité, et vous vous en sortirez très bien. 

Si cet article vous a plu, pourquoi ne pas le partager ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Le chien régulateur existe-t-il ?

Le chien dit “régulateur” était très en vogue il y a quelques années. Sorti d’un peu nulle part, il était décrit comme un Messie parmi les chiens, dont la seule présence faisait taire les conflits.

TUTO TRICKS : Lève tes pattes !

Le nouveau tuto est arrivé avec un peu de retard, mais qu’en pensez-vous ? C’est le premier avec narration, je le trouve plus dynamique mais je suis curieuse d’avoir votre avis !

Mon chien mange tout ce qui traîne

Ah, si seulement nos chiens pouvaient passer à côté de ces os de poulet qui traînent près des poubelles depuis quinze jours sans y toucher ! Malheureusement, le chien vit d’abord par son nez, et