Mon chien n’écoute que quand j’ai des friandises 

En débutant l’éducation positive, nous avons tous eu un jour cette révélation. Médor n’écoute que quand j’ai des friandises ! Rappel, suite en laisse, assis, couché et autres demandes ne marchent qu’avec un bout de jambon dans la main. Vous avez bien tenté de hausser le ton ou de le flouer, mais rien à faire. Sans promesse de knaki, le filou vous ignore en balade. Pas de panique ! Tout problème a sa solution.

La plupart du temps, vous avez appris à votre chien à vous ignorer. Quand vous avez des friandises, vous faites plus attention à lui, vous interagissez plus. Quand vous n’en avez pas (plus de stock, petite balade, pas envie de les trimbaler…) vous êtes plus distants ou trop demandeurs. Il n’y a pas eu de transition, aucun filet de sécurité ! Si l’alternance “je récompense – je ne récompense pas” se poursuit, votre futé toutou comprendra vite quand il gagne à obéir… Et quand il peut caracoler dans les champs en faisant la sourde oreille. Voici donc quelques conseils pour changer la donne :

 

Arrêtez d’agiter la saucisse sous son nez

Nous avons tous eu envie de le faire ! Quand notre chien nous ignore, la première chose que nous voulons faire, c’est brandir nos friandises pour lui dire « Regarde ! J’ai plein de trucs super bons pour toi, reviens ! ». Certains d’entre nous ont peut-être même associé un mot à cette action comme « tiens », « prends » ou « saucisse » ! Les chiens sont très malins et apprennent à attendre de voir le sésame avant de revenir. Ainsi, quand les poches sont vides… C’est la Bérézina. 

Ce qu’il faut faire à la place : Ne jouez plus au commissaire priseur. Préparez vos friandises hors de la vue de votre chien, puis prenez-le en laisse dans un milieu peu distrayant. Appelez-le, ou demandez-lui quelque chose de simple qu’il connait bien. Gardez vos mains sur la laisse ! Quand il s’exécute, félicitez chaudement et récompensez-le généreusement. Recommencez dix minutes plus tard, quand il se sera désintéressé de vous. Petit à petit, offrez-lui plus de liberté, en évoluant graduellement. Parfois récompensez avec un dé de jambon, parfois avec dix bouts de fromage, et d’autres fois avec une croquette. La joie est dans la variété !

 

Évitez d’être « blanc ou noir »

Nous voyons l’éducation d’un chien de façon très binaire. Quand on a la sacoche ou le clicker, on travaille. Le reste du temps, on ne travaille pas. La réalité est en fait presque le total opposé. Votre chien apprend… Tout le temps. Il sait que quand vous mettez vos chaussures, vous allez sortir. Selon vos habitudes, il peut même reconnaître les chaussures de balade et réagir différemment des chaussures de ville (où vous ne l’enmenez pas). Il sait que quand vous ouvrez le frigo, c’est pour en sortir quelque chose de bon et quand vous partez vous doucher le soir, c’est que l’heure du coucher est proche. Ma chienne Ludie a même associé le bruit infime du bouton de verrouillage du mon portable au fait que j’allais me relever, elle bondit donc hors de son panier avant même que je ne bouge un muscle. 

Ainsi, quand vous prenez votre pochette à friandises ? Les chiens le savent. Ils le sentent, grâce à leur puissant odorat, et ils le voient. A la fois par sa présence mais parce qu’en général, nous somme plus attentifs lorsque nous nous préparons à travailler en balade. Beaucoup de chiens ont donc appris à tirer en laisse selon ce critère. Friandises ? Il marche au pied. Pas de friandises ? Il tracte comme s’il n’avait jamais rien appris. Friandises ? Il a un super rappel et s’asseoit plus vite que la lumière. Pas friandises ? Il regarde ailleurs, est lent, mou, voire fait la sourde oreille. 

Ce qu’il faut faire à la place : c’est finalement si simple ! Gardez en tête que votre chien apprend tout le temps, à chaque seconde. Alors pourquoi ne pas garder un bol de croquettes sur votre bureau ou la table du salon ? Par exemple, si Médor a tendance à mendier à table, récompensez quand il se couche ou se détourne. Faites des petites sorties hygiéniques avec quelques friandises dans les poches, sans la fameuse pochette, et des sorties avec la pochette sans récompenser. Soyez créatifs pour casser l’association pochette = travail récompensé, et montrez à Fido que vous êtes plein de surprises… 

 

 

Variez les récompenses

Vous n’êtes pas qu’un distributeur de saucisson ! En éducation positive (ou toute autre méthode, philosophie, protocole, etc nécessitant des friandises, la facilité est à portée de main. Lorsque nous sommes fatigués, balancer un bonbon au chien est moins demandeur que d’user de sa voix et de son corps pour marquer l’évênement. Le problème, c’est que si vous n’entrez pas dans l’équation, vous devenez un simple distributeur sans valeur ajoutée. Votre chien veut sa bouffe, et se fiche totalement de votre appréciation. Il faut changer ça ! 

Ce qu’il faut faire à la place : soyez plus présent ! Avant de récompenser, félicitez. C’est un réflexe tout simple qui permet de vous placer avant la friandise. Ainsi, petit à petit, vous pourrez vous passer du jambon, mais une forme de récompense sera toujours là : votre voix ! Essayez de trouver ce qui enthousiasme votre compagnon. Aime-t-il jouer ? Avec quoi ? Comment joue-t-il avec ses congénères ? Est-ce qu’il court ou les pousse et les renverse ? Et si vous jouiez sans jeu avec lui ? Mon border adore que je le fixe puis que je détale dans le sens opposé, alors que mon tervueren préfère être poussé et “chassé” de mon espace pour y revenir en force et récolter des câlins. Il y a tellement de façons différentes de récompenser un chien, et a nourriture n’en est qu’une toute petite partie. En variant ces renforcements, il sera plus facile de se passer de la fameuse sacoche, car votre boite à outils sera pleine d’idées pour féliciter Médor lorsqu’il reviendra au rappel. 

 

N’oubliez pas SIA

Bah oui quoi. Ses chansons sont sympa.

Non sans blague, SIA est évidemment un acronyme. C’est un moyen facile pour se souvenir de la progression à suivre avec les récompenses. 

  • S (SYSTÉMATIQUE) – quand vous débutez l’éducation de votre chien (à deux mois ou à son adoption) la récompense doit être systématique. Elle tombe à chaque fois que le comportement demandé est correct (assis, regard, calme, etc…). On ne récompense pas n’importe quoi, mais ce qui nous plait (pas de croquette pour un couché lorsqu’on a demandé “debout” !) mais pour chaque rappel, pour chaque position, le chien est récompensé.
  • I (INTERMITTENT) – après un petit laps de temps, certains apprentissages régulièrement répétés commencent à être maîtrisés. Quand chaque commande est suivie par le comportement demandé de façon rapide et propre (le chien ne fait pas 150 choses avant) on peut passer au renforcement intermittent. C’est à dire qu’il aura parfois une friandise, et parfois non. Il est important d’y aller très graduellement, et ne pas passer d’une friandise à chaque fois à une friandise une fois sur trente. On va récompenser un assis trois fois sur quatre, le rappel une fois sur deux… Parfois on va récompenser 20 assis à la suite, et pas les deux suivants. Le plus important, c’est que la grosse majorité des comportements sont toujours récompensés, et de temps en temps ils ne le sont plus. On continue à féliciter le chien, mais la croquette ou le jouet ne suivent pas immédiatement. Au fil des mois, on réduira de plus en plus les récompenses, en revenant tout de suite en renforcement systématique s’il se détériore.
  • A (ALÉATOIRE) – Après un an de travail régulier, beaucoup de commandes verbales seront tout à fait acquises pour le chien : assis, couché, au pied, tourne, au panier, monte ou descend…  Et auront été de moins en moins récompensés. La dernière étape est donc le renforcement aléatoire. La récompense sera toujours présente dans la vie du chien, mais sera rare, précieuse et méritoire. Un assis devant la boulangerie pendant 10min sera par exemple récompensé, mais pas les 630 autres du quotidien. Un rappel pendant une partie de jeu méritera un bout de fromage, mais la centaine d’autres sans distractions seront juste félicités verbalement. On passe doucement d’une sacoche pleine de friandises à trois ou quatre morceaux dans les poches de ses pantalons ou de ses gilets, présents “au cas où”, pour marquer un gros effort. Le reste du temps, le chien aura pris plaisir à simplement vous écouter, grâce à SIA (merci SIA !) 

Cette progression peut sembler très simple à suivre, mais beaucoup échoueront à l’étape intermittente en voulant aller trop vite. Dès que votre chien ne s’exécute pas dès la première commande, repassez en systématique et travaillez pour retrouver la fluidité d’écoute, avant de vouloir d’abord laisser le jambon à la maison. 

 

 

Le principe même de la récompense  

Petit rappel : une récompense, c’est quelque chose qu’on offre pour augmenter la probabilité de résurgence d’un comportement. Vous voulez que Médor marche au pied sans tirer sur sa laisse ? Vous récompensez quand il ne tracte pas pour qu’il se dise “oh chouette, quand je fais ça, j’ai un truc cool. Et si je le faisais encore pour voir si je peux encore en avoir ?” Ainsi, si pour vous le jambon est la récompense ultime… Ce n’est peut-être pas le cas de votre chien ! Nous avons tendance à choisir à la place de notre chien en pensant viser juste. Les croquettes, c’est moins bien que le fromage, qui est moins bien que le poulet, qui est moins bien que le thon. Mais, avez-vous réellement demandé l’avis de votre chien ? Et avez-vous pris en compte les jouets, et les jeux avec vous ? 

Parfois, le meilleur renforcateur c’est une balle, pas un gros morceau de poulet. Ou c’est une crêpe, et pas du fromage ! (Chez nous c’est presque une tradition de donner la première crêpe aux chiens, puisqu’elle est souvent trop grasse et mal cuite. Ils en raffolent et sont déjà prêts dès qu’ils sentent l’odeur de la pâte crue !) 

Vous voulez que votre toutou soit plus attentif à vous ? Soyez plus attentif à lui, et investissez-vous ! Il n’y a finalement pas de meilleur conseil que celui-ci. 

 

Si cet article vous a plu, pourquoi ne pas le partager ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Compléments alimentaires pour chien : choix et utilité

Ayant une chienne à la peau très sensible, j’ai toujours ajouté des compléments alimentaires à sa ration pour diminuer les démangaïsons et réduire la perte de poils (après de multiples consultations vétérinaires pour vérifier qu’aucune

Le bouton “ON/OFF” (récap fb)

Cette page regroupe des petits posts sur ma page facebook. Plutôt que de réécrire ce qui a été dit, les voici directement pour que vous puissiez interagir avec, et partager vos favoris ! Le sujet

Ce foutu assis ! – Etude de cas (1/2)

Ceux qui me suivent sur ma page facebook (Tales of Ludie & Nyastiel) auront vu passer une série de photomanipulations intitulée “un an après”, où je place sur une même image, Nyastiel chiot et adulte,