N’ayez pas peur des jackpots !

Elle me regarde, et je l’entends presque parler. « Non, vraiment, c’est sympa mais ça ne me dit pas vraiment… » J’attrape l’objet de notre désaccord, le bouge un peu, il est trop drôle cet objet franchement ! Regard rapide dans sa direction. Ludie n’est pas plus convaincue. « J’aimais vraiment ce bout de plastique avec lequel on jouait à l’instant… » Elle me ferait presque céder. Dans ma main, un petit objet en métal, de ceux que fournit Ikea pour monter ses meubles. Après avoir installé mon canapé, il restait ça : des bouts de plastique, et des clés de même pas cent grammes. Elle m’avait apporté du plastique, on avait joué, et puis javais tenté de changer. Elle avait accueilli mon idée avec une froideur contenue.

Je persiste. Lui vole mon nouveau précieux, le lance, le rattrape, le fait tomber sous son nez pour lui piquer, ouah, vraiment je m’éclate !

Je lirais presque de la pitié dans ses yeux sombres.

Dans une dernière tentative, je reprends le plastique – elle relève la tête – que je cache dans ma main avec mon accessoire en métal. Hop, j’envoie le second, gardant le premier caché. Enthousiaste, elle part me rapporter ce que j’ai balancé – l’historique de renforcement lui a appris que ce qu’elle me rapporte est récompensé par du jeu, de la nourriture ou des interactions positives. Entre ses pattes, pas de plastique, mais un rectangle de métal peu attrayant. Pourtant, elle n’hésite pas, le chope et se radine au galop, oubliant ses airs de diva-moi-je-préfère-le-plastique.

Et c’est là que j’entre en scène.

Bondissant sur mes pieds, je pousse un hululement qui n’étonne même plus mes voisins, mais qui doit réveiller tous les gamins du quartier. Dans une pointe de vitesse, je trace vers le frigo, l’ouvre brutalement, en ressort une barquette d’agneau et lui fout sous le nez.

Ludie remue tellement de la queue que je vois presque son arrière train décoller du sol.

Elle baffre, ravie, moi aussi. Je reprends la barquette avant qu’elle n’avale les deux kilos de viande, la remets au frigo et me redirige vers le salon.

Ludie me double au grand galop, patine sur le lino, retrouve le rectangle de métal et se précipite vers moi, bondissant comme un kangourou.

Elle a visiblement oublié que le contact contre ses crocs et la difficulté de préhension lui déplaisaient.

 

 

C’est ça, le pouvoir des jackpots.

C’est imprévu, fugace. Précieux.

Parfois, vous l’avez prévu : « dès qu’il pose la quatrième patte sur la corde, jackpot et on arrête là ! »

Parfois, le moment se présente à vous et vous réagissez à l’instinct : «  Ouah, il revient au rappel alors qu’il y avait une barquette de frites sous son nez, je vide ma sacoche à ses pattes ! » (et donnez lui le droit à la barquette de frites en plus, il l’a bien mérité.)

A quoi sert le jackpot en clicker training ?

Dans son sens “strict” le jackpot est exactement ce que vous pensez qu’il est : une pluie de potentiels trucs-cools-qui-plaîsent-au-chien. Exactement le même que celui des machines à sous, oui. Sauf que votre chien a plus de chances de gagner à ce jeu là.

Vous l’avez deviné, le jackpot récompense un événement singulier, presque hors du commun, un effort exceptionnel du point de vue de votre chien. Pour certains chiens, on jackpote (oui j’en fais un verbe si je veux) pour un regard vers un autre chien. Pour d’autres, c’est après avoir trouvé une capsule d’huile essentielle perdue au fond d’un champ de huit hectares.

Chacun définit ses objectifs, chacun sait quand un acte est extraordinaire ou ne l’est pas.

Il y a l’art et la manière de jackpoter, évidemment. Ne pas trop le faire, pour que l’événement reste unique, saisissant. Bien choisir LE moment pour déchainer vos cris et votre danse de la victoire. Et bien sûr, choisir le jackpot en question. Pour Ludie, un peu d’agneau frais était le Graal – elle l’avait humé se décongeler pendant l’après-midi. Pour d’autres, c’est une pluie de balles, un ras de marée de friandises maison, un déferlement d’enthousiasme de votre part !

N’ayez pas peur de le faire hors des entraînements. Cherchez l’étincelle de bonne volonté en plus qui sonnera l’arrivée de la récompense ultime. Et marquez au fer rouge (ou à la sauce de panse verte) le comportement produit plus haut que les autres qui déclenchera le largage des confettis, des ballons et de la musique !

 

Si cet article vous a plu, pourquoi ne pas le partager ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Ludie dans un catalogue – premier shooting pro

Ce mardi 4 septembre, j’ai été contactée pour un shooting photo avec miss Ludie en vedette. Le petit challenge : pouvoir me déplacer au sud de Paris le vendredi même ! C’était un peu juste mais qui

RECUL – quatre méthodes…

… et une seule bonne façon de faire Apprendre le recul à son chien a bien des avantages, outre l’utilisation classique qu’on en fait dans les sports canins : il permet au chien de prendre

Récompenser : jeu, nourriture… Et c’est tout ?

Lorsqu’on évoque l’idée de récompense, c’est-à-dire renforcer un comportement donné pour augmenter ses chances d’apparition, on pense aux deux piliers monumentaux de leur catégorie : la nourriture, et le jouet. Pourtant, s’il s’agit des deux