Mauvaise haleine, dents jaunes, le tartre finit par coûter cher…

Quand Fido n’a que quelques années au compteur, la vie est belle. Blanches quenottes et haleine mentholée de rock-star, il peut sourire sans complexe sur son propre Instagram. Mais voilà, avant l’âge de six ans, tout comme la moitié de nos toutous, il passera sous les doigts habiles du vétérinaire pour un détartrage…. Et il y reviendra sans doute plusieurs fois, car le tartre récidive !

Avant qu’il ne soit trop tard, prenez des mesures préventives et allégez la facture annuelle de ses soins de santé.

 

Petit rappel : le tartre, c’est quoi ?

Pour nous comme pour les chiens, le principe est le même. Après chaque repas, des débris alimentaires restent collés sur nos dents, parfait nid pour les bactéries qui colonisent notre bouche. Avec le temps, cet ensemble se durcit en se minéralisant. Pour nous autres humains, le brossage de dents est entré dans nos habitudes, mais pour les chiens, le tartre est un fléau que les cliniques vétérinaires connaissent bien.

 

Pourquoi mon chien a du tartre ?

« Bah oui mince, c’est un animal, il devrait pouvoir manger sans perdre une dent au passage ! » C’est vrai que quand on y pense, on se demande pourquoi nos chiens souffrent tant de ce fléau, qui dégénère facilement (gingivite, dents déchaussées…).  Pour cela, il faut remonter à l’essence même de nos chiens : ce sont des carnivores ! Leur gueule est conçue de telle sorte à pouvoir broyer des ailes et des cous, arracher des lambeaux de chair et mastiquer des morceaux mêlant viande et os. Avec ce régime, leurs dents sont constamment nettoyées par le mouvement des mâchoires.

Or, de nos jours, la plupart des chiens ont une alimentation à base de croquettes ou de pâtées. Rapides à consommer car simples à mâcher, ces repas engagent bien moins les dents lors de l’action masticatoire et le tartre s’accumule. C’est pour cela que nos toutous vont se faire détartrer, alors que les loups et les renards, pas vraiment !

 

Le tartre, dangereux pour la santé… Et le porte-monnaie !

En quoi les molaires jaunies de votre compagnon poilu doivent vous inquiéter ? A part la couleur disgracieuse des dents et l’odeur qui s’en dégage, cela n’est pas vraiment important pas vrai ? Eh bien, vous vous en doutez, c’est faux !

Le tartre ne s’arrête pas aux dents. Une fois déposé et minéralisé, il progresse le long de la racine de la dent, qui se colore de plus en plus en attirant des bactéries. La gencive devient le lieu d’inflammations, se rétracte, déchaussant les dents qui font de plus en plus mal au chien.

Rendez-vous pris chez le vétérinaire et la facture tombe. Un détartrage ? Entre 50 et 300€. Comptez plus cher pour toute opération en supplément, comme une extraction de dent.

Et remettez ça tous les ans si rien n’est mis en place pour le quotidien du chien.  

 

Eviter l’apparition de tarte, ou limiter sa progression

Les marques vous feront les yeux doux pour tous les produits prétendument miracles. Un os incurvé comme ceci, un joujou dentelé comme cela, un petit bâtonnet à mâcher ici ou là…  Inefficaces ou carrément contre-productifs, ces fantaisies ne feront rien pour vous.

La solution la plus efficace ? Un bon brossage de dents !

Exactement comme vous le faites le matin ou le soir, la friction d’une brosse contre les dents ôtera les dépôts alimentaires et limitera l’apparition de tarte. Il est préférable de commencer dès le plus jeune âge, ou juste après un détartrage.

Dans le quotidien, limitez les facteurs aggravants, comme une alimentation humide (pâtée, terrine…) et les produits très gras. Offrez de temps en temps des friandises naturelles à mâcher, comme un sabot de veau, un bois de cerf ou une corne de gazelle, des produits non affectés par l’industrie alimentaire (sans gras, sucres, sels ou aromes ajoutés).  Offrez à votre chien le droit de mastiquer et ronger, une activité la plupart du temps récréative qui ne fait pas que du bien à ses dents, mais aussi à son moral.

Enfin, si vous êtes prêts à faire la transition, pensez à l’alimentation « BARF » à base de viande, d’abats et d’os charnus, qui recréée des repas adaptés à nos carnivores domestiques. De nombreuses ressources sont disponibles sur le net.

 

Prenez soin de ses dents !

S’il est plus facile de masquer le problème avec un spray mentholé et un habile détournement du regard, gardez à l’esprit que l’animal qui vit avec vous est sous votre responsabilité. Acheter un sabot ou un os de temps en temps, prendre cinq minutes pour brosser ou curer ses dents vous permettront sur le long terme d’avoir un chien heureux, en bonne santé et qui ne souffre pas à chaque bouchée. Sur le long terme, c’est votre porte-monnaie qui vous remerciera également. Pensez enfin à prendre une assurance animale comme Agria, afin d’avoir l’esprit tranquille en cas d’imprévu.

Si cet article vous a plu, pourquoi ne pas le partager ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Brèves d’éducation (récap FB) 2018

Petit récap en vrac de tous les posts à visée éducative ou “philosophique” sans thème précis sur ma page facebook Cynotopia. N’hésitez pas à partager vos préférés sur votre page ou vos groupes !  Merci

L’éducation positive, c’est quoi ? (partie II)

Nous avons pu voir dans l’article précédent ce qu’était l’éducation positive, ce qui la différenciait des méthodes d’éducation plus « traditionnelles » et en quoi elle permettait un meilleur lien maître-chien en favorisant l’autonomie de

Le leurre inversé, votre nouveau BFF

  Il a l’air franchement sauvage, ce terme barbare “leurre inversé”, non ?   Pourtant, ce n’est pas une méthode complexe, une théorie scientifique ou un principe ardu à saisir. Il se cache sous beaucoup